Et si le cannabis n’était plus classé comme stupéfiant ? Affaire à suivre…

Il se trouve que l’ONU pourrait bien revoir sa position concernant le cannabis. Du 2 au 4 décembre, la Commission des stupéfiants des Nations Unies (CND) va soumettre au vote une recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Celle-ci a pour objectif de retirer le cannabis et sa résine de la catégorie des stupéfiants sans utilité médicale.

Ce jeudi 3 décembre, l’ONU a tranché : le cannabis est-il toujours considéré comme une dangereuse ? 

Retirer le cannabis de la liste des drogues sans vertus thérapeutiques

Lors de cette 63ème session de la CND, si la demande de l’OMS obtient un vote majoritaire, le cannabis pourrait bien être enfin reconnu pour ses vertus médicales. A l’heure actuelle, suite à sa présence dans le Tableau IV de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961, seule la recherche est autorisée concernant le cannabis, ce qui ne permet pas son utilisation à des fins thérapeuthiques. Le Tableau IV est une classification qui comporte les substances pouvant être addictives, créant des effets néfastes et n’ayant pas, ou peu, d’utilité médicale. Il rend obligatoire un haut niveau de contrôle international sur toutes les substances compris en son sein. Si la recherche sur le cannabis et sa résine est néanmoins autorisée, c’est parce qu’il est aussi présent dans le Tableau I, qui requiert aussi un contrôle strict, mais autorise les enquêtes des chercheurs.

L’OMS a produit sa demande en janvier 2019, après s’être penchée scrupuleusement sur les nombreux travaux scientifiques concernant le cannabis. Après cette étude, elle annonçait être en accord avec le potentiel thérapeutique de cette drogue, d’où la demande de son retrait de l’annexe IV, et avoir la certitude qu’elle n’était pas néfaste au même niveau que les autres substances présentes dans cette liste. La recommandation de l’OMS est notamment soutenue par l’Union européenne, mais aussi par la Suisse, le Canada, les États-Unis, l’Australie et certains pays d’Amérique latine. Le vote devrait s’effectuer très rapidement, même si l’annonce d’un report pourrait être possible. Certains pays, par exemple, pourraient demander à l’OMS de fournir une version révisée de ses propositions par soucis du détail.

Plusieurs autres propositions

C’est 6 recommandations de l’OMS au total qui seront soumises au vote des États membres de la CND. Avant cette date butoir, il avait été demandé à chacun d’analyser les implications, les conséquences et le raisonnement de chacune de ces propositions :

  • Comme vu plus haut, supprimer le cannabis du Tableau IV de la Convention de 1961
  • Retirer le dronabinol (THC synthétique) du Tableau II pour l’inclure dans le Tableau I
  • Enlever le THC du Tableau I de la Convention de 1971 pour l’inscrire à celui de la Convention de 1961
  • Supprimer les extraits et teintures de cannabis du Tableau I de la Convention de 1961
  • Retirer du contrôle international les préparations au CBD contenant -0,2% de THC
  • Apposer les préparations au dronabinol au Tableau III de la Convention de 1961

Face à cet état de fait, il faut bien faire attention à ne pas faire un amalgame avec le CBD. Les propositions concernent le THC uniquement. Le CBD, par ailleurs, n’apparaît dans aucune liste des conventions internationales sur le contrôle des drogues.

 

 

Articles récents

Articles similaires

51 milliard de dollars : les ventes de cannabis explosent

Pour un usage récréatif ou médical, le marché du cannabis est en pleine expansion. L'institut New Frontier Data constate une courbe exponentielle concernant les...

Quel est ce virus qui menace les plants de cannabis Américains ?

Parmi les nombreux pays où le cannabis est légal à la consommation, à la vente et à la culture, les États-Unis se positionnent comme...

Huile CBD : comment bien doser ses gouttes ?

Le cannabidiol, molécule présente dans le cannabis, s'utilise depuis plusieurs années dans différents secteurs. D'abord consommé en fleurs, à fumer, des processus d'extraction permettent...

Recherches : le CBD serait efficace pour réduire l’épuisement professionnel

L'épuisement professionnel, d'autant plus en période de crise sanitaire, est un fléau pour les salariés. La pandémie mondiale liée à la Covid-19 est venue accentuer les fatigues...

Étiquettes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici