Le cannabis thérapeutique peut-il remplacer les anti-épileptiques ?

Feuilles de cannabis

En France, on estime que 600 000 personnes sont atteintes d’épilepsie, dont la moitié a moins de 20 ans. Certaines formes d’épilepsies sont invalidantes et des patients sont considérés comme pharmaco-résistants, c’est-à-dire que plusieurs traitements n’ont pas donné de résultats satisfaisants. Des essais ont été menés sur les cannabinoïdes et des médicaments à base de CBD ont été mis en vente sur le marché.

Qu’est-ce que l’épilepsie ?

L’épilepsie est une maladie neurologique. On peut même parler d’épilepsies au pluriel puisqu’il en existe différentes sortes (crises partielles, crises tonico-cloniques, syndrome de Dravet ou de Lennox-Gastaut, etc). Sur un plan physiologique, on observe une hyperexcitabilité neuronale qui se traduit par les symptômes suivants, selon les patients et le type d’épilepsie dont ils souffrent :

  • perte de contact (absence)
  • rigidité des muscles
  • maux de tête
  • crises convulsives
  • clonies
  • déréalisation
  • révulsion oculaire
  • etc

Il existe de nombreux traitement. Après des examens approfondis comme l’IRM et l’EEG (électroencéphalogramme), les neurologues vont déterminer l’origine des crises et proposer un traitement adapté. Parfois, les examens ne donnent rien et la cause des troubles restent inconnus, c’est ce qu’on appelle l’épilepsie idiopathique. Bien que les avancées médicales permettent à ce jour de stabiliser certains patients et de limiter les crises et les symptômes, d’autres sont pharmaco-résistants. En effet, malgré une prise régulière de médicaments, d’association de molécules et de réajustement des doses, les années passent et aucun résultat positif n’est constaté.

C’est alors qu’un jour, un papa désemparé en voyant sa fille de trois ans faire près de 60 crises par jour, a décidé de lui faire essayer l’huile de cannabis médicale, à faible teneur en THC et concentrée en CBD. Les résultats ont changé leur vie et le cannabis thérapeutique a pris un envol fulgurant.

L’histoire incroyable de Charlotte Figi

Charlotte Figi est née aux Etats-Unis en 2006 et est décédée le 7 avril 2020, pendant la pandémie de coronavirus, bien que ses parents n’aient pas confirmé qu’elle ait été atteinte et que le Covid-19 soit à l’origine de son décès. Dès sa naissance, ils ont vite constaté son état de santé et elle a été diagnostiquée rapidement. Elle souffrait du syndrome de Dravet, une forme d’épilepsie juvénile grave. A 3 ans, Charlotte faisait jusqu’à 60 crises quotidiennement et ne pouvait ni parler, ni manger, ni marcher. Après une série de traitements sans résultats probants, le père de Charlotte a tenté le tout pour le tout et après avoir entendu parler d’huile de CBD et des effets positifs sur certaines maladies comme la sclérose en plaque, il a décidé d’enfreindre la loi et d’en administrer à sa fille.

Très vite, les parents de Charlotte on constaté des effets positifs, remarquant une baisse impressionnante du nombre de crises. Depuis, une variété de cannabis médical appelé Charlotte’s web est née et les parents de la fillette ont créé Realm of Caring, une association qui fournit du cannabis thérapeutique aux patients souffrants de maladie et qui n’ont pas les moyens de financer les traitements alternatifs. L’histoire de cette petite fille a bouleversé le milieu de la médecine et les scientifiques se sont penchés davantage sur le cannabis médical. Depuis, il est autorisé dans de nombreux pays dont les Etats-Unis, le Canada, L’Australie, L’Allemagne, l’Espagne, le Portugal et bien d’autres.

En France, le médicament Epidyolex est commercialisé. Néanmoins, il fait partie des médicaments qui ont des conditions particulières de prescription. En effet, seulement les neurologues et les praticiens hospitaliers peuvent le prescrire et ils doivent demander une autorisation à l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé). Il faut également prouver que tous les traitements possibles ont été un échec.

Qu’en est-il des risques d’accoutumance ?

Bien que plusieurs études aient démontré les effets bénéfiques du cannabis dans le traitement des formes sévères d’épilepsies, une nouvelle étude menée par des chercheurs israéliens interroge sur l’intérêt à long terme. En effet, avec le temps, les effets positifs du CBD peut diminuer et il est nécessaire d’augmenter la posologie. C’est à ce moment que les médecins doivent être vigilants car une accoutumance peut s’installer.

Ainsi, pour évaluer l’efficacité à long terme des cannabinoïdes, les chercheurs ont mené une étude d’observation auprès de 92 patients pharmaco-résistants âgés de 1 à 37 ans. Ces derniers n’avaient jamais été traité avec du CBD et ont reçu chaque jour, pendant trois mois, un extrait d’huile de cannabis contenant du CBD et une faible quantité de THC. Pour les scientifiques, le fait d’ajouter le THC permet de diminuer la quantité de CBD dans la solution.

Au terme de l’étude, les scientifiques ont constaté que 29 % des patients ont vu le nombre de crises d’épilepsie diminuer de 50 à 75 %, ce qui confirme les bienfaits du cannabis thérapeutique. Cependant, 25 % des patients soit un sur quatre a développé une accoutumance au cannabis. Malgré cela, cette dépendance a pu être inversée avec une réduction progressive de la dose de CBD puis un arrêt total avant de reprendre la même dose qu’au départ. Ainsi, l’efficacité initiale a été retrouvée. Il est important de noter que les anti-épileptiques classiques peuvent également provoquer une accoutumance chez les patients et que dans tout traitement, les médecins cherchent à trouver le meilleur rapport entre les bénéfices et les effets secondaires pour améliorer la qualité de vie des patients.

 

About

Aucun commentaire

Laisser un commentaire